Comment choisir son assurance de credit immobilier

Choisir une assurance de crédit immobilier n’est pas un choix anodin car en principe cela vous engage pour toute la durée du crédit soit de 15 à 25 ans suivant votre cas. Il faut donc penser que pendant ce laps de temps, beaucoup de choses peuvent vous arriver.

Quelle situation faut-il prévoir ?

Un prêt immobilier est évalué au moment de sa réalisation en tenant compte des différents revenus qui existent à ce moment-là. Cependant certains accidents de la vie changent sa situation financière. C’est le cas du décès de l’emprunteur principal par exemple et de l’invalidité permanente et à 100%. L’incapacité temporaire de travail ampute le revenu, dès lors, il devient très difficile de faire face aux échéances du prêt souscrit. Un arrêt de travail ou un arrêt maladie prolongé entraine une interruption de salaire et donc des difficultés de trésorerie.

L’invalidité partielle doit aussi être au centre des préoccupations de l’assuré. La perte d’emploi est aussi une situation qu’il faut envisager surtout si on est employé dans le secteur privé et dans une situation de crise au niveau économique et financier. Le versement de l’indemnité chômage ne permet plus de faire face à la dépense conséquente que constitue le prêt immobilier.

Quelles sont les garanties à choisir ? Celles indispensables, celles facultatives en fonction du profil ?

Le décès et l’invalidité à 100% sont des garanties obligatoires dans la souscription d’un contrat d’assurance prêt. L’invalidité étant considérée comme étant à 100% lorsque la personne ne peut plus exécuter les gestes essentiels du quotidien, se laver ou se déplacer par exemple. L’incapacité temporaire est une garantie facultative. Cependant, elle est exigée par de nombreux établissements financiers afin de mieux se protéger. Il faut savoir que c’est aussi une garantie appréciable pour l’assuré qui en cas d’accident ou de maladie justifiant l’arrêt de l’activité professionnelle, pourra alors être soutenu dans le règlement des échéances de son prêt.

L’assurance chômage n’est pas non plus obligatoire, mais elle est vivement recommandée aux salariés travaillant dans des secteurs un peu difficiles ou dans un contexte peu favorable à la recherche d’un nouvel emploi. Il est préférable effectivement en cas de licenciement économique d’être bien couvert. Le revenu baisse très vite et il devient alors impossible de payer. Pour éviter ces situations très compliquées, le recours à cette garantie est préférable. Elle peut aussi permettre à des dossiers difficiles d’accéder au prêt désiré.

Pour aller plus loin

Il faut essayer de prévoir toutes les situations qui sont susceptibles d’intervenir en cours de prêt et s’assurer que la protection est à la hauteur du préjudice. Il faut aussi soigneusement regarder le niveau de prise en charge proposé. Pour la garantie invalidité partielle, certaines compagnies prennent en charge à partir d’un taux de 35% et d’autre pas avant 66%. La franchise en cas de perte d’emploi est d’une durée allant de 30 jours à 180 jours et plus parfois. L’indemnisation des arrêts de travail peut être forfaitaire ou indemnitaire. Celle-ci s’avérant alors insuffisante selon certains régimes de sécurité sociale. Il faut faire attention aussi aux ITT, les clauses varient en fonction des assureurs. Les exclusions existent, il faut en tenir compte. Il est important de bien faire attention à toutes les clauses, car celles-ci varient beaucoup d’un contrat à un autre.

Ce contenu a été publié dans Devis assurance de pret. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.